20 septembre 2012

L'univers pas déballé

Notre-Dame de l'espace

Le cosmos te dira quand
Complètement lèvré
Le matelas se livre
Vent de sang chaud

Quelques défauts rappellent la terre
L'époque des comètes dissipées
Fondantes à les courir

Tu en portes trop
Je dois t'illuminer

Les vies sont incontournables
De vrais repères pour deux
Faisons la roue des épices
Le manège gratuit pour les adultes
L'hôtel voyager léger
Les bras qui cuisse
L'octogone

Ton visage ouvrira un trou noir
Lançant des appels à l'aise
Des étoiles à coucher dehors
Tu piègeras mes vaisseaux
Dans l'espace qui ne pèse rien

19 septembre 2012

Souper tard pour imiter la chasse


Nous nous écrivons à l'ongle du temps
Les Coca-cola attendent comme des djinns
Dans l'air des bouteilles
La musique sape l'eau des mains
Échappant l'ambiance

Tu le prends debout ton bain
Femme finie en queue de poisson
Morte de mousses entre les bras
Radiée, rassasiée, rassise
Rognée des contrats de fée
Chasse d'eau

Matin et soir la lune poinçonne
Le sang monte et descend

Personne ne meurt seul
Un chapelet chain-saw
Remue sa main

Le voyage fantastique


La bouche de l'humanité n'est pas sûre
Nous coule introuvable
Comme un muscle mangé
Un robot-mouche
Biodômatique
Motel réduit

Aère-porcs
Les royaumes unis ajoutent un terrain rapide
Un sous-sol d'occasion
Peigné au tapis mouvant
Une pluie de céréales
Un breuvage

Quinze minutes s'avancent
Sans parler

Personne ne cours les histoires
Ne sors sans importance

Toujours marcher
Marcher sur la pointe des clefs

Copyism


L'avion de ce matin
Mauve pression
Remorque au cou une journée
Les hommes appartiennent du début
Cheveux d'eau, pilule blanche
Sur vieux draps roulés

Chaque pierre accueille mieux que chacun
Maintenue la terre n'est plus caressée
Comme une bête
Sa peau craque de camouflages
Perd le foin le verre
Cassé carré
Sans un lave-lave

Tu l'as bue, bonhomme ver
Moisillon sans bout, sans arrête
Tu tonds tout sans te terminer
Fier des paysages de trichage
Tu as compris, tu atterris

3 septembre 2012

2 septembre 2012

Beauce Bœuf

La vie est sa boite
On meurt de se climatiser
Bâtiment de hibou
Dans le saut de la fenêtre
Un livre vitre perdue

La brique est clonée comme le sable
Les carrés d'arbre en feu

La route est remplie de roulottes rappées
L’auto-stop preuve d'enfer
Ici on travaille à sec
On compte les vides
Tiens ton buffet de clefs moites
Pépite l'espace

Je perroque
Et perroque rien ne va plus