28 octobre 2012

Bris de vie

Ces poteaux sont les clous de quelque chose

Québec ronfle d’amour
De belles pelles bleues
Les pigeons couverts de rue
À manger des restes
Humains dépêchés

Compresseurs
Se lever à la machine

Nous nous faisons à nos bras incarnés
Un chien flamboie
Un oiseau cuit ses couleurs
Et rit de nous les poisons
Qui méditent vite
De petits sacs baillés
Cassés au lait

Mis dans le même super écran

Gagner absorbe la honte
De dormir sans lit
Une femme traîne les pieds sous l'autocar
Et se stationne nue Grèce
Croustade

Voilà le sac de veines

Cinq vitesses les lignes
D’emballages trois étages


À leurs paiements automatiques
Aux quatre coins les quarante voleurs

Ton brevet pleurait

Feu les forêts les poils pubiens

Demi-bas-prix
Énergie de rare
Sur la mammaire morte flotter
En nappe
Sur l'espèce solaire

De partout c’est pareil le ciel
Anti-odeur
Tunnel d’ailes vendeuses

Soubassement
Secrète couture des eaux de boyaux
Des grandes chaînes
Des montagnes à dents croches

Tout trouver au même demi-toit
Porté de bonnes attentions
Habillé de dettes foncées

Chèque de pièges à l’huile
Cargo à mâchoire déboîtée
Congélateur de Noël

Tu perces le marché
Le pus est un marché de plus